Studio Sechen - Un monde en couleurs - 2

photo courtesy Stephen Kilvington • www.airliners.net

Comment survivre dans le désert (le camouflage - 2e partie)

Avec la tentative de prise en tenailles des zones pétrolières du Moyen-Orient par l’Allemagne à partir de 1942 (l’Afrikakorps vers le canal de Suez et l’opération Fall Blau dans le Caucase), la guerre aérienne découvre un nouveau théâtre d’opérations : le désert !
La livrée des appareils fut adaptée en conséquence par les Allemands, les Anglais et les Américains. Aujourd’hui encore, ces zones restent agitées et les diverses forces en présence continuent d’appliquer nombre de teintes chaudes à leurs appareils. Mais tous les déserts ne se ressemblent pas, proposant ainsi autant de livrées différentes.

A-4KU koweitien au roulage penant la guerre du golfe

États-Unis d’Amérique

P-40 du 325th FG en livrée desert de la RAF
P-40F-15-CU du 325th Fighter Group – Tunisie, août 1943
en savoir plus >>
Livrée Desert – RAF, 1940
Middle Stone Dark Earth Azure Blue
Antérieurement au document de mars 1943, les appareils américains engagés en Afrique du Nord commencent par reprendre les livrées éprouvées de la RAF. Ainsi en est-il des unités impliquées dans la région depuis l’opération Torch de novembre 1942. Certains appareils sortis d’usine en livrée Olive Drab/Neutral Grey, voient la teinte d’intrados recouverte de Sand (QM 49, approx. 30279). Ce Warhawk présente donc la livrée ‘Desert’ de la RAF en Middle Stone/Dark Earth et Azure Blue en intrados.
À en croire le major Baseler, l’origine de l’échiquier noir et jaune qui orne la dérive et les gouvernes de profondeurs des appareils du 325th FG se trouve dans son admiration pour le pilote allemand de la Première Guerre mondiale Werner Voss dont le Fokker DRI était orné d’un échiquier noir et blanc autour de la carlingue. C’est en fait une erreur perpétrée par nombre d’artistes et publications des années 1920-1930…

Après l’opération Torch, fin 1942, les Américains, alors adeptes des livrées unies, dérogent avec non pas un document émanant du Bureau of Aeronautics mais interne au commandement du théâtre d’opérations d’Afrique du nord-ouest daté du 10 mars 1943. Il décrit certes une livrée spécifique – Field Drab (approx. FS 30118) et Olive Drab (approx. FS 34087) en extrados et un bleu très pâle en intrados à l'étrange formule : 1/8 de pinte de bleu dans un gallon de blanc (sic !) – mais édicte surtout des préconisations. Sont ainsi proposées huit couleurs parmi lesquelles on pioche deux tons pour extrados et un ton pour intrados – souvent issus de mélanges – selon la dominante du terrain, rouge, jaune, vert et sable clair. Ce document est intéressant car il donne des détails sur les justifications des camouflages et de leurs formes. Il recommande donc l’application de taches de couleurs avec certaines prescriptions à respecter :

La taille des différentes taches doit être proportionnelle à la taille de l’avion.
Varier la forme des taches en veillant à éviter toute forme reconnaissable, carré, cercle, diamant, cœur, etc.
Ne pas faire deux taches de la même taille.
Placer les taches de manière à casser les formes de l’appareil par les taches les plus sombres.

Bref, rien de normalisé.

Par la suite et jusqu’en 1990, ils intervinrent peu militairement dans ces régions (Liban, groupes aéronavals face à la Libye ou opération Eldorado Canyon), mais ils ne modifièrent pas la livrée des appareils engagés. À l’occasion de la Première Guerre du golfe, et comme au Viêt-Nam, quelques tests furent réalisés par l’US Navy sur des Intruder et des A-7, et par l'USAF sur un F-16C (le 84-1212 en deux tons de marron – FS 33448 - et sable – FS 33711 – et l’intrados en gris FS 36375) qui dura une semaine… Plus récemment, en 2007, en Afghanistan, un EA-6B Prowler (161120) de la VAQ-133 s'est vu appliquer une livrée désertique trois tons « wraparound » (FS 20400/30279/30140), à l'occasion d'une affectation au sol, à Bagram. Pour les camouflages « aggressor » où le désert ne manque pas, vous pouvez vous référer au dossier sur ces unités.

A-4KU Skyhawk koweitien au moment de la guerre du golfe en livrée désertique deux tons en extrados et la mention « Kree Kuwait » sur les flanc
A-4KU Skyhawk – Al-Quwwat al-Jawwiya al-Kuwaitiya – 1991
en savoir plus >>
Livrée désertique spécifique au Koweit
FS 30219 FS 33448 FS 36307
Le Koweit est apparemment le seul pays moyen-oriental client des Américains dans les années 70 à ne pas utiliser la livrée Asia Minor. Le contrat pour 36 Skyhawk (30 A-4M redésignés A-4KU et 6 TA-4KU) est signé en 1974 et les premier appareils sont livrés en 1976.
On pourrait penser que la livrée n’existait pas encore, ce qui expliquerait son absence. Pourtant, ce schéma de camouflage est apparu en 1966, dans la foulée de la livrée SEA. Et à la même époque, la Jordanie, l’Arabie Saoudite ou encore l’Iran sont en train de s’équiper en F-4 et F-5 qui arborent tous le schéma « Asia Minor ». Même les Tomcat de l'IIAF, livrés à partir de 1976 en sont recouverts.

Néanmoins ils ont développé une livrée pour leurs clients originaires de ces régions du nom de Asia Minor Scheme (2 tons de marron FS 30140/20400 et un ton de vert FS 34079 en extrados et du gris FS 36622 en intrados) qui se retrouve dans toute l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient et étrangement pas en Turquie, l'Asie mineure historique... qui a opté pour la livrée SEA sur ses Phantom. Ainsi en est-il sur les F-5 marocains, jordaniens, saoudiens (des RF-5E) et iraniens, sur les F-4 iraniens (mais pas israéliens, nous y reviendrons), sur les F-14 iraniens. On peut noter que les Mirage F1 jordaniens semblent, d'une certaine manière, en avoir également profité.
Toutefois, remarquons également que certains clients ont tout de même leur livrée propre comme les Koweitiens et leur A-4KU, avec une livrée en deux tons FS 30219 et FS 33448 sur l'extrados ou plus récemment leurs F/A-18C et leur livrée intégrale en deux tons de gris FS 36375/36307 et un ton de bleu FS 35237 assez peu désertique. La nouveauté vient des F-16 marocains livrés depuis 2011, sortis d’usine en deux tons de marron et sable, avec un intrados gris.

Grande-Bretagne

Au cours de 1940, les Anglais définissent trois livrées, Malte d’abord en Light Earth / Dark Earth / Sky Blue, puis Désert et Moyen-Orient en Middle Stone / Dark Earth , intrados en Azure Blue pour le premier et Duck-Egg Blue pour le second. Les couleurs sont appliquées selon les mêmes schémas que les livrées déjà définies pour les zones tempérées, par exemple sur le Spitfire en reprenant le schéma A et son miroir le schéma B.

Spitfire Mk.Vb en livrée désertique Spitfire Mk.Vc trop du 249 Sqn – Malte, octobre 1942.
Cet avion était piloté par le Pilot Officer George "Screwball" Beurling lorsqu'il fut abattu le 14 octobre 1942.
Il parvint à abattre deux Bf 109 alors qu'une balle avait entaillé sa main droite, une autre avait traversé son bras gauche et finalement, une dernière rafale allemande le touche au pied droit, au coude gauche, aux côtes et à la jambe gauche.

La décolonisation étant passée par là, les Anglais ne sont plus présents sous de telles latitudes. Toutefois la Première Guerre du golfe leur donna l’occasion de tester sur leurs Tornado, Jaguar autres Buccaneer une robe intégrale au doux nom de Desert Pink… (Approx. FS 30279 ?)
Pour les clients à l’exportation du Hawk et du Tornado, des livrées diverses sont proposées.
L’arabie Saoudite a choisi une combinaison de sable et marron foncé avec des touches de vert. Les Hawk d’Abou Dabi, Dubaï, Koweït et Oman n’ont pas une livrée unie à l’image que ce que proposent les Etats-Unis. Mais il s’agit à chaque fois d’une livrée en deux tons de marron et sable, avec parfois l’intrados en gris ou bleu et parfois un schéma « wrap around ».

livrées désertiques des avions d'origine britannique
pays extrados intrados
Arabie Saoudite (wa) FS 30279 ? (361*) FS 30118 (450*) FS 24064 (641*)
cliquez pour voir l’exemple
Hawk Mk.65 saoudien arborant une livrée similaire aux Tornado de ce pays
BAe Hawk Mk.65 de l'armée de l'air saoudienne
En dehors de ses appareils de supériorité aérienne (Tornado ADV, F-15C ou Eurofighter) ou du F-15E – au contraire des F-15I Ra'am israéliens et cela sera pareil pour le F-15SE du fait de revêtements destinés à limiter la SER –, les chasseurs saoudiens arborent deux livrées très proches, l’une d’origine anglaise, l’autre américaine. Dans les deux cas, la combinaison de teintes retenues est similaire : sable, marron et vert. Toutefois, on constate que la livrée Asia Minor américaine est plus contrastée que son équivalent anglais qui est « wrap around » sans une teinte de gris en intrados.
Cette livrée semble plutôt réservée aux appareils destinés au close air support comme le Tornado IDS et dans ce cas les F-5E et F, et peut-être est-ce également le rôle dévolu aux Hawk d’entraînement comme celui-ci en cas d’engagement dans un conflit.
Si FS 30279 est le plus communément cité comme équivalent au BS 381c : 361, il semble que la couleur appliquée sur les appareils saoudien soit plus saturée en jaune – peut-être à davantage chercher dans les FS 33xxx –, et offre un plus grand contraste avec la couleur marron en BS 381c : 450 soit du FS 30118, ce que le profil tente de restituer au mieux.
Abou Dabi FS 33531** FS 30279 (361*) FS 36440 (627*)
cliquez pour voir l’exemple
Hawk Mk.63c d'Abou Dabi (Emirats arabes unis) en livrée désertique en deux tons de sable et marron en extrados et un ton de gris en intrados
BAe Hawk Mk.63c d'Abour Dabi (Emirats arabes unis)
Contrairement aux Américains qui laissent peu de choix de livrées à leurs clients (à de très rares exceptions), les Anglais semblent plus flexibles. Quand deux pays voisins, au paysage très similaire (on ne peut pas dire que cela varie beaucoup entre le désert saoudien et celui des EAU), les livrées appliquées sont différentes, comme le montre non seulement ce Hawk Mk.63c mais aussi les autres versions du petit appareil d’entraînement anglais dans cette région (Thomas Edward Lawrence a vraiment bien travaillé).
Si ce n’est une perception différente de leur environnement, ces divergences peuvent aussi s’expliquer par la volonté, particulièrement des petits émirats du golfe de se différencier du grand voisin saoudien et ainsi de permettre une identification rapide de l’origine des appareils aperçus (à l’inverse par exemple des F-5E jordaniens et saoudiens, deux pays qui partagent une frontière commune). On constate également à travers la diversité des Hawk en service dans toute la péninsule arabique qu’hormis pour l’Arabie saoudite, la définition des zones de couleurs varie assez peu d’un schéma à l’autre, à l’image des diverses livrées arborées par les Mirages F1 tous clients confondus où là aussi seules les couleurs varient sans modification des dites zones.
Dubaï*** FS 20260 FS 30145 FS 35526
Koweït FS 30279 (361*) FS 33523 (388*) FS 36440 (627*)
complément d'information
Il est à noter que les Koweitiens ont repeint leurs Hawk peu après la Première Guerre du golfe dans une livrée qui conserve les zones de couleurs mais remplace les deux tons de sable et ocre par deux tons de gris BS 381c : 637 (approx. FS 36270) et 638 (approx. FS 36173). L’intrados conserve le BS 381c : 627.
Oman (wa) FS 30279 (361*) FS 30118 (450*)
wa i.e. « wrap around »
* référence BS 381c originale
** référence originale issue du nuancier BS 4800
*** toutes les couleurs proviennent du nuancier ICI F407

Allemagne

Une fois impliqué en Afrique du Nord à partir de 1941, une nouvelle livrée est définie par le Reichsluftfahrtministerium (RLM) avec un intrados en RLM 78 (bleu clair), un extrados en RLM 79 (jaune sable) moucheté de RLM 80 (vert olive). La démarcation sur les flancs se fait à mi-hauteur mais le mouchetis vert déborde sur le bleu, à l'image de la livrée qui entre en vigueur sur le théâtre d'opérations européen un peu plus tard la même année.

Bf 109E-4 en livrée désertique deux tons RLM 78/79 avec mouchetis de RLM 80
Bf 190E-4 Trop de la JG 27
en savoir plus >>
Livrée Luftwaffe – Afrique du Nord – 1941
RLM 79 RLM 80 RLM 78
L’Afrika Korps ne disposait face aux troupes alliées que du seul I. Gruppe de la JG 27, les II. et III. Gruppen appuyant l’offensive dans les Balkans avant de partir à leur tour en Afrique à partir de septembre 1941. Aucune autre unité de chasse de la Luftwaffe ne fut engagée sur ce théâtre d'opérations.
Comme le montrent de célèbres photos prises à cette époque de ces Bf 109 en vol au-dessus de l’Afrique du Nord, cette livrée était particulièrement efficace.
Bf 109F-4 en livrée en livrée désertique RLM 78/79
Bf 109F-4 Trop de la JG 27
en savoir plus >>
Cette livrée, désormais sans le mouchetis en RLM 80 décore l’appareil de Hans-Joachim Marseille peu de temps avant sa mort à la fin du mois de septembre 1942 en raison d’une avarie moteur de son tout nouveau Bf 109G-2, qu’il pilotait à contrecœur.
Il avait alors un palmarès de 158 victoires.
Tout comme sur le Bf 109E-4 Trop précédent, la casserole d'hélice, les saumons de voilure et la bande autour de la partie arrière de la carlingue en blanc permettent d'identifier le théâtre d'opération nord-africain.

Avec l’introduction des Bf 109F, le mouchetis disparaît, tandis que la ligne de démarcation entre le bleu et le jaune sable est plus ou moins haute sur les flancs. Contrairement aux schémas en vigueur en Europe et en Russie, l’extrados des plans horizontaux ne porte pas de zones bicolores.

France

Ancien pays colonisateur, la politique française se montra très interventionniste en Afrique. Malgré une présence constante particulièrement sur les Côtes françaises des Somalis (puis Territoire français des Afars et des Issars) devenu depuis Djibouti, il faut attendre le remplacement des F-100D par les Mirage IIIC en 1978 pour voir apparaître une livrée désertique spécifique en deux tons de sable et marron.

mirage F1CR en livrée désertique spécifique à l'opération Daguet
Dassault Mirage F1CR de l'E.R. 3/33 « Moselle » – Opération Daguet – 1991
en savoir plus >>
Dernier avatar des livrées désertiques appliquées au Mirage F1, le camouflage conçu pour l'opération Daguet contre l'Irak en 1991 est plus clair que les précédents et les deux teintes retenues sont moins constrastées. Ce Mirage F1CR 632 / 33-TM permet d'ailleurs de constater la différence, car la nouvelle livrée fut appliquée directement sur l'ancienne - utilisée au Tchad mais en conservant les immatriculations antérieures. Ainsi, on distingue encore les deux teintes derrière le code sous le cockpit et le numéro de série constructeur au sommet de la dérive.
On peut également noter la présence en lieu et place du parachute de freinage, en bas de la dérive, d'un lance-leurres IR, installé spécifiquement pour les opérations dans le golfe, contre d'éventuels tirs de SAM depuis le sol.

Présents en Afrique occidentale dès 1978 avec l’opération Lamantin contre le Polisario en Mauritanie et Tacaud au Tchad, les Jaguar gagnent à leur tour une livrée désertique dite vanille-chocolat très contrastée avec l’opération Manta toujours au Tchad en 1983-1984. Sont alors également présents des Mirage F1C-200 qui conservèrent leur livrée bleu D.A. En 1987, le dispositif Epervier prend la suite de Manta et cette fois ce sont des Mirage F1CR qui sont envoyés avec la même livrée vanille-chocolat.
Quand les dernier Mirage F1C-200 prennent la relève des Mirage III à Djibouti en 1988, le chocolat s’éclaircit pour devenir une livrée pâté-jambon. Les deux teintes s’éclaircissent encore avec l’opération Daguet, composante française de la coalition contre l’Irak en 1990-1991. Entre-temps, les Jaguar avaient testé la livrée pâté-jambon et initié une autre livrée désertique en quatre tons allant du sable au marron.
D’autres expériences furent menées comme une livrée désertique sur un Mirage 2000C impliqué dans l’opération Daguet (le 5-OP / n°74 de l’E.C. 2/5 Île-de-France) avec l’intrados gris qui n’est finalement pas retenue (approx. FS 33448/33564//intrados FS 36375).
La participation à des exercices internationaux constitue également une bonne occasion, particulièrement Red Flag, dans le désert du Nevada. Ainsi plusieurs Mirage F1CR testèrent une livrée en quatre tons disposés en dégradé, particulièrement efficace pour leur participation en 1990 et de la même manière des Mirage 2000N y arborèrent une livrée en deux tons assez proche de celle testée sur le Mirage 2000C pendant l’opération Daguet.

Mirage 2000C durant l'opération Daguet Mirage 2000C 5-OP/74 de l'E.C. 2/5 Île-de-France
en livrée désertique test durant l'opération Daguet en 1991.

La France développa également des livrées adaptées au désert pour ses clients à l’exportation du Mirage F1 et du Mirage 2000.
La Libye et le Maroc partagent la même livrée en trois tons sable, marron (il s'agit officiellement d'un gris), vert et un gris-bleu en intrados disposés selon le même schéma que la version deux tons gris et vert. Il faut également noter que ces couleurs sont partagées avec les Alpha Jet MS1 et MS2 acquis par l'Egypte. Les Mirage F1 jordaniens arborent également une livrée deux tons de sable et marron et un ton de vert, mais ni la disposition ni les couleurs ne correspondent. Il semble qu'une livrée très proche de « Asia Minor » en vigueur sur leur F-5E ait été adaptée par Dassault.
L’Irak utilise une livrée deux tons des mêmes sable et marron selon le même schéma, mais sans le vert. Même schéma également pour le Qatar mais avec des couleurs plus chaudes. Les Mirage F1 koweïtiens, pour ceux d’entre eux qui portent une livrée désertique, utilisent également deux tons encore différents mais dans une disposition qui se présente grossièrement en bandes obliques parallèles.

livrées désertiques des Mirage F1 à l'export
pays extrados intrados
Maroc FS 30475 FS 36134 FS 34098 FS 35189
Libye FS 30475 FS 36134 FS 34098 FS 35189
Irak FS 30475 FS 36134 (?) FS 35189
Qatar FS 20400 FS 30219 FS 35231
Jordanie* FS 20400 FS 30140 FS 34079 FS 36622
Koweït FS 30219 FS 33303 FS 26408
Toutes les couleurs sont des équivalents approximatifs en Federal Standard
* Dans son cas, la ressemblance est telle avec les couleurs de la livrée « Asia Minor » qu'elles sont aisément interchangeables

Deux pays clients du Mirage 2000 ont choisi une livrée désertique. Les Émirats Arabes Unis sur leur Mirage 2000EAD, en deux tons de marron et sable, et plus étrangement le Pérou pour leur Mirage 2000P, mais avec un marron plus foncé et plus contrasté, repris de leurs Mirage 5 et de leurs Su-22. Depuis 2006-2007, ils arborent une livrée en deux tons de gris-bleu différents de ceux en usage en France. À chaque fois la disposition des couleur reste invariable, similaire à la livrée de défense aérienne gris-bleu appliquée dans l’armée de l’Air.

Mirage 2000P péruvien Mirage 2000P de la Fuerza Aérea del Perú en livrée « désertique ».

Aujourd’hui, la France n’applique plus de livrée désertique. Le Tchad accueillait des Mirage F1CR et CT en livrée gris/vert et depuis 2010, les Mirage 2000 en place sont dans leur livrée opérationnelle gris-bleu. La même chose s’était produite à Djibouti avec les Mirage 2000C et D en 2008. Les pilotes français reconnaissaient, d'ailleurs, dans les années 1980 que les Mirage F1 en livrée bleu D.A. étaient plus difficiles à identifier, tant en vol qu’au-dessus du sol, que ceux revêtus d’une livrée désertique…

Israël

La première livrée propre à la Heyl Ha’Avir adaptée à son environnement date de 1955 avec l’introduction d’un camouflage en larges zones de marron et bleu avec un intrados gris, appliqué aussi bien sur les avions à hélice que sur les jets. Les couleurs sont produites localement, les références du tableau ci-dessous sont des approximations communément admises. Il s’est finalement développé, à l’image des schémas A et B pour le Spitfire au début de la Seconde Guerre mondiale, quatre versions de cette livrée chacune étant le miroir d’une autre. Il est à noter que cette livrée se trouva accompagnée des bandes de reconnaissance de l’opération anglo-franco-israélienne contre le canal de Suez en octobre 1956 : cinq bandes jaune, noir, jaune, noir, jaune sur la queue et les ailes à l’image des bandes d’invasion noires et blanches appliquées pour le débarquement allié en Normandie de juin 1944.

L’après guerre des Six-Jours en 1967 voit apparaître un nouveau camouflage plus propice au survol des zones désertiques où opère Israël : Golan, Sinaï et finalement assez peu au-dessus de son propre territoire. On le voit ainsi porté par les nouveaux matériels obtenus auprès des Etats-Unis après l’embargo décrété par la France : F-4E Kurnass et A-4 Skyhawk. Les appareils sont peints directement en ligne de montage aux Etats-Unis ce qui explique les références Federal Standard. À partir de 1970, la quasi-totalité des appareils concernés sont ainsi peints : Mirage III, Kfir, Nesher, Ouragan, SMB2, et même quelques Vautour. Toutefois avec l’arrivée du F-15 en 1976 introduit le gris de supériorité aérienne (FS 36375 et partie supérieure du fuselage en FS 36320) que l’on retrouve dans le même temps sur quelques Kfir C2 et Mirage III.
En 1980, la Heyl Ha’Avir perçoit ses premiers F-16 qui s’accompagnent d’un affadissement de la livrée instaurée à la suite des Six-Jours : le vert FS 34227 est remplacé par une teinte plus pâle, le FS 34424. Cette livrée a été ensuite appliquée à tous les nouveaux entrants dans l’arsenal aérien d’Israël y compris les tout derniers arrivés : le F-15I Ra’am, version locale du Strike Eagle – que l’Arabie Saoudite conserve en livrée grise – et le F-16I Sufa. À l’inverse, les F-4E – y compris les Kurnass 2000 qui n’ont pas profité de leur mise à niveau pour repasser par l’atelier de peinture – et les A-4 peints dans l’ancienne livrée plus contrastée l’ont conservée.

livrées désertiques de la Heyl Ha'Avir
à partir de extrados intrados
1955 RAL 5008 FS 30215 RAL 7044
cliquez pour voir l’exemple
P-51D Mustang de la Heyl ha'Avir avec la première livrée spécifiquement israélienne
P-51D Mustang de la Heyl ha'Avir avec la première livrée spécifiquement israélienne
Aux côtés des Français et des Anglais, Israël participa à l'intervention contre le canal de Suez en 1956, en envoyant notamment leurs Mustang dans le cadre de l'opération Kadesh. Celui, le n°42, y prit part comme le montre les bandes noires et jaunes autour de ses ailes et de sa carlingue. C'est un pilote de Mustang escortant les premières vagues de DC-3 transportant les parachutistes de Tsahal qui coupa avec les pales de son hélice, les lignes téléphoniques dans le Sinaï afin d'empêcher toute communication.
Le Mustang est apparu dans l'arsenal israélien avec deux exemplaires obtenus en contrebande du fait de l'embargo des États-Unis peu avant la première guerre en Palestine en 1948. Par la suite, d'autres exemplaires furent acquis plus légalement auprès de la Suède en 1952-1953.
1967 FS 33531 FS 30219 FS 34227 FS 35622
cliquez pour voir l’exemple
A-4E Skyhawk de la Heyl Ha'Avir avec la livrée post guerre des Six-Jours
A-4E Skyhawk de la Heyl Ha'Avir avec la livrée post guerre des Six-Jours
La Heyl Ha’Avir utilisa très largement deux versions monoplaces du Skyhawk, l’A-4H, version spécifique du A-4F et l’A-4N, version spécifique du A-4M.Toutefois, durant la période 1971-1973, l’US Navy se vit prélevée de plus d’une centaine d’A-4E pour contrebalancer les pertes subies par Israël entre la guerre d’Attrition qui l’opposait à l’Egypte en 1969-1970 puis la guerre du Kippour en 1973. C’est un de ces appareils qui est présenté, sous les couleurs du Tayeset 116 « Flying Wing ».
On peut noter deux modifications locales - non présentes ici mais visibles sur le modèle indonésien racheté à Israël - qui permettent facilement de reconnaître un Skyhawk israélien : la présence des canons DEFA de 30 mm en remplacement des Colt de 20 mm, non plus installés dans l’emplanture des ailes mais en dessous et le rallongement de la tuyère pour en limiter la signature infrarouge et ainsi diminuer l’efficacité des SAM tirés depuis le sol.
1980 FS 33531 FS 30219 FS 34424 FS 36375
cliquez pour voir l’exemple
F-16I Sufa avec la livrée en vigueur depuis 1980
F-16I Sufa avec la livrée en vigueur depuis 1980
Le F-16I Sufa est la dernière version du Fighting Falcon livrée à Israël — en fait des F-16D block 52 redésignés localement. Il conserve la livrée définie avec le premier contrat Peace Marble I en 1980 qui se retrouve également appliquée sur les F-15I Ra'am — équivalement locaux du F15E — à la différence de leurs homologues saoudiens pourtant appelés à remplir le même rôle et qui ont conservé pour leur part une livrée grise. Cela atteste du déplacement de fonction de l'aviation israélienne, qui dans la région ne s'attend pas ou peu à disputer une quelconque domination aérienne à des voisins à l'aviation moribonde.

l’Union soviétique et ses clients

Il faut attendre l’invasion de l’Afghanistan en 1979 pour trouver des livrées adaptées à un contexte désertique sur les appareils des forces aériennes soviétiques. Cependant, la guerre froide et particulièrement le camp des non-alignés a apporté à l’industrie aéronautique soviétique des clients sous des latitudes suffisamment désertiques pour voir fleurir des livrées spécifiques.
Pourtant, à l’image de l’occident, les premiers chasseurs à réaction ainsi vendus – MiG-15 à 21 de la première à la troisième génération – conservent encore parfois leur aspect métal nu, quelle que soit leur destination finale. Puis au gré des conflits particulièrement aux Proche et Moyen-Orient, la couleur réapparaît là aussi. Si l’exemple occidental permettait de dégager des livrées types si l’on peut dire, il n’apparaît pas une telle rigueur dans les camouflages choisis par les clients de Mikoyan-Gourevitch, de Sukhoi et des autres avioneurs russes. Ceci d’autant plus que les informations fiables et intéressantes sont rares ne serait-ce que s'agissant de savoir si ce sont des livrées appliquées localement ou en usine.

MiG-21MF
MiG-21Bis Fishbed L – Força Aérea Nacional Angolana – 1989
en savoir plus >>
Livrée désertique à l'exportation
sable vert olive gris-bleu
Les MiG-21 Bis angolais présentent une particularité : l’URSS proposait un large choix de langue pour les marquages de servitude de ses appareils. Ancienne colonie portugaise, la langue officielle du pays est donc le portugais. Pourtant les marquages de ce MiG-21 étaient en espagnol. L’explication se trouve certainement dans le soutien très proche donné à l’Angola par Cuba, pays de langue espagnole, lui. Si les premiers MiG-21 vinrent directement de l’île des Caraïbes – dans une livrée métal nu –, les MiG-21Bis furent livrés directement par l’URSS, certainement avec des stencils en russe, comme le montre la conservation de certains d'entre eux sur le C340, conservé en Afrique du Sud, aux côtés des principaux retranscrits peut-être localement en espagnol.
Cette livrée sans nom se retrouve dans une large liste de pays clients du MiG-21 : Angola, Egypte, Ethiopie, Irak, Nigéria, Somalie, Syrie, Zambie et même sur des appareils soviétiques. Certains autres ne l’ont apparemment jamais utilisée comme l’Algérie, ou l’Iran. C'est également une des livrées effectivement soviétiques qui s'est retrouvée le plus fidèlement reproduite au sein des unités « Aggressors » américaines sous le nom 'Pumpkin', tant par les couleurs utilisées que par la disposition des zones des dites couleurs : deux tons ocre (FS 33695) et vert (FS 34098) et du gris (FS 36622) en intrados.

Le cas du MiG-21 a été retenu ici comme exemple symptomatique.
L’observation montre qu’à partir des Fishbed de troisième génération (MF, Bis et consorts), apparaît une tentative d’uniformisation de la livrée désertique. On peut certainement parler, comme nous l’avions fait plus haut, d’une livrée catalogue. Il s’agit de parsemer une robe sable de diverses taches vertes avec un intrados gris clair. On la retrouve dans nombre de pays clients avec à la fois des couleurs communes et une définition des zones qui, si elle apparaît malgré tout fluctuante, semble suivre une certaine logique. Chose étonnante, cette livrée se retrouve également en Europe de l’Est sur des MiG-21 tchécoslovaques avec une dominante marron foncé et des taches vertes plus sombres. Plus étonnant encore, s’il s’agit bien d’une livrée standard, est sa présence sur des Chengdu J-7, équivalent chinois produit localement du MiG-21.
Si cette hypothèse s’avère malgré tout exacte, on doit toutefois constater que dans les pays qui utilisent cette livrée, nombre d’appareils du même type en proposent d’autres que l’on devrait alors considérer comme des créations locales. Quel que soit le pays concerné cela tourne en général à une livrée en deux tons de sable et de marron ou de vert, en bandes irrégulières altérnées.
L’exemple le plus flagrant est l’Egypte avec la livrée connue sous le nom de « Nile Valley » que l’on voit apparaître dès le MiG-17 jusqu’aux MiG-21RF et MF et qui se retrouve aussi bien sur les bombardiers lourds comme des Tu-16. Cette livrée ne correpond en fait ni à une définition de zones de couleurs précise ni même à des couleurs précises. Les deux aspects ont fluctué. Il semble toutefois que sa logique réside dans le large liseré qui délimite les zones de vert appliquées sur une robe couleur sable.
L’Afghanistan propose un autre exemple de livrée typiquement locale – même si à ce moment l’armée soviétique est encore présente dans le pays – avec pas moins de cinq tons en extrados (trois tons de marron et deux tons de vert) et un ton (gris-bleu) en intrados, visible notamment sur le MiG-21 Bis « 597 rouge » qui avait fait défection au Pakistan en octobre 1989. Que les Soviétiques restèrent à l’initiative de cette livrée se trouverait corroboré par la présence d’un livrée très semblable sur au moins un MiG-21 Bis bulgare - « 515 blanc ».

MiG-29 de l'IRIAF en livrée ocre et bleu
MiG-29 Fulcrum de l'IRIAF
en savoir plus >>
La livrée en deux tons (bleu FS 35526 et vert FS 34554) apposée sur les MiG-29 iraniens paraît reprendre la logique de celle visible sur certains F-7 en bleu et ocre, toutefois cette dernière teinte est beaucoup plus désaturée dans le rouge sur les Fulcrum et semble plus verdâtre. Lors de leur livraison, les MiG-29 de l’IRIAF arboraient la livrée classique de supériorité aérienne largement visible en Europe centrale et chez leur voisin irakien.
Suivant une logique similaire, les F-14 et les RF-4E ont également reçu une livrée en deux tons de bleu et d’ocre en remplacement de l’ancienne livrée Asia Minor américaine.
Su-27 de l'Angola en livrée trois tons sable et deux tons de vert
Su-27 Flanker – Angola
en savoir plus >>
Cette livrée apparaît parfaitement adaptée à un pays qui n'est pas véritablement désertique mais plus proche de la brousse avec ses taches de verdure clairsemée.
Chose peu fréquente pour une armée de l'air donnée et un modèle d'avion précis, l'Angola propose deux livrées distinctes entre le Su-27 monoplace et le Su-27UB biplace.

Par la suite, pour les clients du MiG-29 et des différentes versions du Su-27, il n'existe pas de livrée type pour tel ou tel contexte géographique. La plupart ont plutôt retenu des teintes dites de supériorité aériennes bien éloignées des tonalités chaudes concernées ici.
Seuls le Yémen (avec deux livrées différentes pour les versions mono et biplaces de leurs Fulcrum), la Somalie – avec une livrée réalisée en bout de chaîne de montage en trois tons sable, marron et vert en extrados –, l'Angola, avec lui aussi deux livrées différentes pour ses Flanker mono et biplaces et d’une certaine manière l’Iran prirent le parti de livrées mieux adaptées au contexte désertique pour leurs appareils.

Même le désert n'y résiste pas

Dans un premier temps et d’une manière générale, on constate dans la plupart des pays l’usage de livrées constituées de larges zones de couleurs, visant à modifier la perception de la forme réelle de l’appareil ainsi peint. Sans surprise les couleurs retenues sont largement de la famille du jaune et du marron en associant des teintes assez contrastées. Avec le temps, les retours d’expérience incitent les pays concernés à affadir les couleurs et à diminuer ce contraste entre les couleurs associées, le cas des livrées françaises successives, du vanille-chocolat en 1983 à la livrée Daguet (1990-91) ou Red Flag (1992), en est un bon exemple. La même logique guide Israël en remplaçant finalement le vert FS 34227, assez soutenu par le FS 34424, plus pâle et plus efficace dans le contexte de forte luminosité du Proche-Orient. Les Emirats Arabes Unis n'ont-ils pas abandonné la livrée en deux tons marron et sable de leur Mirage 2000EAD/RAD/DAD pour deux tons de gris sur les plus récents Mirage 2000-9 ?
Décidément le gris mouette n’est pas loin, même dans le désert : pâle, terne, avec des peintures choisies mates, c’est la solution en devenir.